Catégorie : Apprendre en famille

Exemples lettre d’intention de dispense de fréquentation scolaire et de plan de scolarisation 

Exemples lettre d’intention de dispense de fréquentation scolaire et de plan de scolarisation 

Lorsqu'on se lance dans l'aventure de la scolarisation à domicile et qu'on veut le faire "dans les règles de l'art", on doit déclarer à notre commission scolaire notre intention de scolariser nous-mêmes notre enfant. Pour se faire, une lettre d'intention est tout indiquée. De plus, suite à cette lettre, un plan de scolarisation doit être rédigé pour présenter ses intentions éducatives au responsable de la CS.

Je vous présente donc, bien humblement, les canevas de lettre d'intention et de plan de scolarisation que j'ai utilisés pour déclarer la non-fréquentation scolaire de mes enfants. À noter que je me suis inspirée des documents partagés sur le groupe Facebook de l'AQED et que je les ai retravaillés selon les exigences de notre commission scolaire.

lettre intention et plan de sco

Lettre d'intention

Afin de m'assurer que nos droits soient bien exprimés dans cette lettre, j'ai consulté les aspects légaux présentés sur le site internet de l'Association québécoise de l'éducation à domicile ainsi que le document du MEES La scolarisation à la maison - Orientationsplus particulièrement la section des obligations des parents. Tel que mentionné précédement, je me suis inspirée sur différents exemples. Quelques mamans éducatrices et moi nous sommes rencontrées l'automne dernier pour rédiger ce caneva afin d'envoyer des lettres d'intention qui soient relativement uniformes. Voici donc une version que j'ai bonifiée du fruit de notre travail.

Caneva Lettre d'intention (PDF)

Caneva Lettre d'intention (DOCX)

Plan de scolarisation

Quant au "plan de scolarisation" que j'ai créé, je dois préciser qu'il a été conçu à partir du questionnaire fourni par notre commission scolaire qui était en quelque sorte une préparation à notre première rencontre en début d'année. Je vous présente ici la version telle quelle, sans modifications. Si les réponses aux questions posées peuvent aider ceux qui désirent opter pour une approche plus centrée sur les intérêts et les besoins de l'enfant, mon but aura été atteint.  À noter que j'ai choisi d'adopter une approche pédagogique plutôt mixte afin de répondre aux besoins de structure de mon enfant ainsi qu'à mes besoins de liberté. Je dois avouer que cette philosophie n'est pas évidente à mettre en place puisque certains besoins sont plutôt opposés. Il s'agit là de trouver un juste milieu qui convienne à chacun, car il est aussi important pour l'enfant que l'éducateur d'être bien dans l'aventure!

ExQuestionnairePreparatoireEntrevue- 2016-2017

 

 

Si jamais vous avez envie de consulter d'autres modèles, je vous invite à lire les articles suivants:

La lettre d'intention et le plan de scolarisation sur Escargot et coquille.

Notre plan de scolarisation c'est ici sur Bonheur assumé.

Les articles abordant le thème Plan de scolarisation  sur THE BEES, dont Apprendre c'est pas sorcier.

Un dernier blogue très intéressant à consulter est celui de L'école de rang de Katherine qui contient une foule d'article sur la scolarisation à domicile, sans pour autant présenter de modèle de plan de scolarisation.

 

À vous de jouer!

Comme vous pourez le constater, il existe plusieurs façon de présenter une lettre d'intention et un plan de scolarisation. À vous de trouver VOTRE couleur!

C’est la rentrée et la non-rentrée!

C’est la rentrée et la non-rentrée!

Lorsque août se pointe le bout du nez, il y a ce vent qui se lève. Certains l'appelle le vent de la rentrée, d'autres le vent de la non-rentrée! Plusieurs blogueurs présentent leurs trucs pour une rentrée en douceur, d'autres présentent leurs motivations à scolariser leur enfant à la maison ou ce qu'ils feront pour célébrer ce passage vers l'automne. Je vous présente donc un pot-pourri d'articles qui parlent de ces sujets en cette période de transition.

C'est la rentrée!

Le matériel scolaire

L'achat de matériel scolaire est toujours un beau défi à relever pour les parents des enfants qui fréquentent l'école. Plusieurs maman blogueuses ont abordé ce sujet pendant les dernières semaines.

Comment économiser temps et argent quand on est parent?, Matériel scolaire: les coups de coeur et flops de Julie et Les coups de coeur de Mme Isabelle, enseignante au secondaire sur Mamanbooh.

Une rentrée québécoise avec ETSY par Marginale et heureuse.

La liste d'articles scolaires (à noter que je me suis permise de censurer le titre ici ahah!) sur Cool mom

Les coûts réels de la gratuité scolaire et mes astuces pour réduire vos dépenses par Tendance radis

Rentrée scolaire: Tout trouver sans se ruiner sur 5 fourchettes.

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fblogueapart2017%2Fposts%2F250975985398176%3A0&width=500

Les fameux lunchs

Le retour à la routine scolaire implique aussi le retour des fameux lunchs, voici les articles publié sur le sujet:

Bien choisir un sac à lunch sur Maman Vire au Vert

Comment choisir votre boîte à lunch Zéro déchet par Tendance radis

Trois règles pour une boîte àlunch  simplifiée du blogzine L'autre Véro

La rentrée en tant que telle

Sur le blogue de Mamanbooh, il y a une belle série d'articles pour la rentrée. Je vous invite à les découvrir:

5 trucs de Lucile, orthopédagogque!

5 trucs de Mme Marie-Philippe, orthophoniste!

5 trucs de Marie-Claude, éducatrice spécialisée!

5 trucs de Mme Anne-Sophie, ergothérapeute!

5 trucs pour en avoir plus pour son argent

Garderie: 5 trucs pour être bien préparés à la rentrée!

De plus, le blogue Le fabuleux destin d'une enseignante propose 7 livres pour enfants au sujet de l'école. pour jaser avec son enfant sur la rentrée.

 

C'est la non-rentrée!

Pourquoi scolariser à la maison son enfant?

En début d'année scolaire, c'est souvent le moment où les gens qui ont choisi d'éduquer eux-mêmes leur enfant partagent leur motivations. Cette année, j'ai remarqué une vague plus forte de ce type de texte. Peut-être est-ce dû au projet de loi qui a été déposé en juin dernier qui sait!

Notre non-rentrée officielle sur Marginale et heureuse.

Fiston, tu n'iras pas à l'école cette année sur JeMaterne.

Témoignage sur la non-scolarisation, ou la non-rentrée scolaire, au Québec par JeMaterne.

 

Célébrer la non-rentrée

Il existe autant de façon de souligner la non-rentrée qu'il existe de famille qui font la scolarisation à domicile. Que ce soit en laissant continuer la vie suivre son cours, en participant à une rencontre avec des amis ou avec son groupe de soutien, ce ne sont pas les idées qui manquent!

Marie-Noelle de Marginale et Heureuse nous a présenté l'an passé 5 mamans blogueuses vous parlent de leur non-rentrée scolaire

Notre première non-rentrée sur le blogue d'Agatha boutique.

Non-rentrée scolaire sur le blogue Escargot et coquille.

 

Résumé de nos activités d’apprentissage en famille de l’automne 2016

Résumé de nos activités d’apprentissage en famille de l’automne 2016

Fin août 2016, une nouvelle aventure débutait pour notre famille. Papa a été muté en Ontario pour le travail. Afin de pouvoir être en famille plus souvent, nous avons tenté la scolarisation à domicile pour notre plus vieux. Ainsi, il nous a été possible d'allonger nos vacances et d'aller passer des séjours allongés là-bas. Malheureusement, pour différentes raisons que je n'énumérais pas ici mais sur lesquelles je fais mention sur mespissenlits.ca, cette aventure s'est terminée à la mi-novembre. Nous avons donc appris en famille pendant environ deux mois et demi. Grâce à cet épisode de notre vie, je crois que j'ai autant appris que mes enfants!

Je vous présente donc les activités que nous avons faites et les outils que j'ai utilisés (et que j'utilise encore pour certains) afin de favoriser les apprentissages auprès de mes enfants. De plus, ce n'est pas parce qu'il y a fréquentation scolaire maintenant, que nous n'apprenons plus en famille. Nous réalisons encore de superbes discussions et découvertes au quotidien!

Nos activités

Il est à noter que je privilégie beaucoup le jeu libre et la discussion pour rendre les apprentissages signifiants et authentiques. J'aime partir de ce qui intéresse mes enfants et approfondir avec eux. Connaître leur conception des choses et leur permettre de la faire évoluer petit à petit. Leur poser des questions en réponse à leurs questions est mon dada! Vous remarquerez que les activités que nous avons faites sont très variées et ne sont pas nécessairement très structurées comme cela aurait pu être vécu à l'école.

L'apprentissage en contact avec la nature

Avec le bel automne que nous avons eu, la nature a été omniprésente. Nous avons été présents au pique-nique de la non-rentrée de notre région. Nous avons visité une réserve amérindienne de la région. Nous avons fait un rallye-alphabet en plein air et avons compté en nous mettant des tattoos temporaires en septembre alors que nous campions en Ontario. À notre retour, nous avons participé à la fête des récoltes avec des amis.  Nous avons aussi fait notre sortie annuelle aux pommes.  Nous avons participé à une activité à la maison des Jésuites de Sillery sur les courges. Nous avons aussi cueilli nos feuilles pour créer notre propre herbier, que nous n'avons pas terminé malheureusement (la prochaine fois sera la bonne!).  Enfin, nous avons profité des beaux jours chauds de l'automne en Ontario pour observer les roches présentes aux abords du Lac Ontario et bouger au parc.

L'utilisation de la littérature et la culture en contexte informel

D'un autre côté, nous avons découvert les livres sous toutes leurs facettes. Nous avons aussi visité la bibliothèque Gabrielle-Roy à Québec dans le cadre de la semaine des bibliothèques publiques. De plus, nous avons débuté un tour du monde littéraire qui est mlaheureusement resté en suspens. Nous avons débuté avec la lecture de Loup qui voulait faire le tour du monde pour ensuite continuer avec certains livres sur les pays présentés dans ce livre (par exemple: L'Égypte).

De plus, en ce qui concerne la lecture, nous avons participé au projet Écouter, lire le monde de François Bourdon, dont une partie se déroule sur Twitter, en faisant la lecture du Bon Gros Géant de Roald Dahl. Il s'agissait là de notre première lecture de roman et certainement pas de notre dernière! Je prévois d'ailleurs participer encore l'an prochain.

Pour terminer, nous avons assisté à la pièce de théâtre Nous ne sommes pas des oiseaux en famille afin de nous familiariser avec ce type d'oeuvre artistique.

Apprendre une langue seconde naturellement

En ce qui concerne l'apprentissage de l'anglais, nous avons simplement continué comme nous le faisons depuis que nos enfants sont bébés. De plus, ils ont pu pratiquer leur anglais sur le terrain en séjournant en Ontario à quelques reprises. Notre dernier séjour nous a d'ailleurs donné l'occasion de vivre le Jour du Souvenir d'une manière très particulière, étant famille de militaire cette journée est très importante pour nous. Nous y aurons vécu un deux semaines à saveur historique très riche à observer les différents monuments et bâtiments historiques qui parsèment la ville de Kingston, ON.

 

Les outils pédagogiques pour amener plus de structure

Puisqu'un minimum de structure est "nécessaire" pour certains apprentissages, nous avons utilisés différents outils pour travailler la lecture, l'écriture et la numératie. En ce qui a trait à la lecture et l'écriture, nous avons utilisé principalement la littérature jeunesse. De plus, nous avons lu, seul ou en famille, des livres de toutes sortes afin de travailler les syllabes, la conscience phonologique et la lecture à haute voix.

Pour ce qui est de la numératie, nous avons utilisé le matériel des frères Lyon, soit la version École-maison de Défi-math, qui propose des activités selon le développement neurologique des enfants. En ajout à ceci, nous avons utilisé différents jeux de logique, déduction et de perception spatiale: Architecto, Tic-tac-toe, etc. Nous nous sommes aussi inscrits à Netmath, mais puisque leur programme ne débute qu'en 3e année, nous avons fait seulement les questions qui étaient réalisables par notre grand ensemble.

Afin de m'assurer de compléter certains de nos apprentissages des matières "de base" par de la pratique, j'ai utilisé les ressources offertes par Edutechno. Ainsi, nous avons pu utiliser leurs reproductibles pour faire des exercices lorsque nécessaire.  Nous avons aussi visionné leurs vidéos sur les classes de monstres afin de rendre la compréhension des classes de mots (déterminant, nom, verbe, adjectif, etc.) plus ludique. Enfin, j'aurais voulu essayer Mots-clés, mais je n'ai découvert que l'outil en fin de parcours pour nous. Ce sera donc pour une prochaine fois!

Des foule de ressources disponibles sur la toile!

Si vous recherchez des ressources éducatives pour aider votre enfant, il en existe une foule. Pour vous aider, il est possible de consulter la section Ressource numérique de ce blogue ainsi que le LiveBinder Apprendre en français de LilyAcademix pour en découvrir plusieurs sans avoir à investir beaucoup de temps de recherche.

*Il est à noter que le LiveBinder est en continuelle évolution au fur et à mesure que je découvre de nouvelles ressources!

Témoignage d’une maman éducatrice ayant vécu le primaire et le secondaire à la maison avec ses enfants

Témoignage d’une maman éducatrice ayant vécu le primaire et le secondaire à la maison avec ses enfants

Dans le cadre d’un projet commun initié par Julie Duquette avec ma collaboration , il a été demandé aux parents éducateurs de se joindre à nous afin de témoigner de leurs expériences de scolarisation à domicile. Le thème proposé traite de ce que la scolarisation à domicile représente pour nous (notre famille, nos enfants), de ce que cela nous apporte et de comment nous la vivons au quotidien. Il est possible de trouver l’article à l’origine du projet sur cette page.

Aujourd’hui, je vous présente le témoignage de Christine Gauthier, maman éducatrice d'expérience, pilière dans la communauté de la région de l'Outaouais.

christine gauthier

Par Christine Gauthier

Cela fait plus de 20 ans que nous nous sommes lancés dans l'aventure de l'école à la maison.  Nous avons  cinq enfants âgés de 10-17-20-22 et  24 ans. Nous vivons en Outaouais.

Tout à commencé parce que notre aînée aurait dû faire partie de la première cohorte de maternelle à plein temps. Or, elle dormait encore tous les après-midi. Nous avons donc décidé de 'retarder' l'entrée scolaire. Qui aurait pu imaginer que 20 ans plus tard nous serions encore engagés à fond dans une éducation hors des murs.

Bien sûr au début on m'a parlé de socialisation, de légalités, etc. J'ai donc créé le groupe de soutien de ma région, qui compte à ce jour plus de 300 familles.

Côté socialisation, c'est un faux problème soulevé par des gens qui n'ont aucune idée de notre réalité.  Nos jeunes interagissent avec des personnes de tous âges au quotidien. En Outaouais, nous organisons un expo-sciences annuel depuis 17 ans, nous y avons ajouté un expo géo-histoire en 2005, sans parler de la participation des jeunes d'école maison à l'expo de Patrimoine Ottawa. Nous avons des olympiques coopératives annuelles depuis plus de 10 ans, de très nombreuses sorties au théâtre, au concert, au ballet, un club d'échec; des randonnées organisées dans la parc de la Gatineau et nous exploitons à fond les petits et grands musées de notre région. Nous avons également l'immense privilège d'avoir des ateliers de philosophie pour enfant de 9 à 12 ans et pour les adolescents avec des professeurs du Collège universitaire dominicain d'Ottawa.  Nous organisons des ateliers scientifiques et artistiques avec des scientifiques et des artistes de notre région. Nous participons annuellement au salon du livre. Sans oublier toutes les activités sportives que nous organisons annuellement,  etc.

Sur le plan personnel, j'ai organisé une troupe de théâtre pour adolescents pendant de nombreuses années, des ateliers d'écriture créative, des camps scientifiques, d'été et d'hiver pour tous les âges. Ajoutez-y l'engagement communautaire familial, les scouts, le conservatoire. Bref côté socialisation, je ne suis franchement pas inquiète.

Aujourd'hui, j'ai quatre enfants à l'université (tous éduqués complètement à la maison au primaire et au secondaire), dont une à Aberdeen en Écosse avec une bourse complète pour son doctorat en philosophie et santé mentale, un qui termine sa thèse de maîtrise  dans quelques semaines, la troisième qui termine son bac summa cum laude et le quatrième de 17 ans qui  fait son certificat en philosophie à l'université  tout en poursuivant son niveau intermédiaire en violoncelle au conservatoire. Les  trois premiers ont tous reçu la bourse du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Alors côté académique, je ne suis pas inquiète non plus.

Choisir de prendre en main l'éducation et l'instruction de nos enfants a été et reste la plus belle aventure que nous ayons entreprise. Bien sûr, il y a eu de nombreux moments de doutes et  des remises en question. Après tout, on désirait le succès de chacun de nos enfants et les chemins pour y parvenir sont différents. On voulait également que nos enfants aient la possibilité de choisir leur avenir; il fallait donc bien les outiller.

J'avoue que je ne me suis pas préoccupée du curriculum québécois avant qu'il ne s'agisse de passer les examens pour le secondaire 4 et 5. Bien sûr nous avons fait des maths, de l'histoire, des sciences, des laboratoires, etc. mais à notre manière, avec nos ressources, à notre rythme.  La préparation des examens pour le DES a littéralement mis un frein à notre liberté d'apprentissage et cela a apporté énormément de stress pour toute la famille. En outre, je me suis heurtée à l'incompréhension et la mauvaise volonté de la commission scolaire. Je dois dire toutefois que le personnel de l'école de quartier a été aidant malgré leurs nombreuses contraintes.  À mes yeux, il n'existe à ce jour aucun avantage à être en relation avec une  CS.

Après avoir dû me battre pour que la CS accepte d'évaluer pour l'ensemble du DES mon deuxième et suite aux difficultés rencontrées, lorsque le tour de ma troisième est venu, j'ai décidé carrément de contourner le DES. Ma troisième et mon quatrième sont entrés à l'université en Ontario sans un DES et ils ont extrêmement bien réussi.  Pour moi, c'est un immense soulagement et beaucoup moins de stress d'être libéré des contraintes de l'obtention du DES pour un jeune hors système, et ce, sans que l'avenir de mes enfants en  soient compromis d'aucune façon. Au contraire, ils sont plus que gagnants (et moi aussi en qualité de vie).

Faire l'éducation à la maison c'est avoir l'immense privilège de choisir les ressources que nous utilisons y compris les musées, les voyages, les amis passionnés de leur métier.  De plus, nous utilisons des ressources qui viennent du Québec, des autres provinces canadiennes, d'Europe et d'Asie. Je n'ai enseigné qu'en français mais nous avons quand même appris trois langues.  Pour ceux que cela  inquièterait, nous avons quand même fait les mathématiques et les sciences enrichis et côté histoire, nous avons largement dépassé ce qui est requis par le curriculum québécois. Côté culture générale, l'éducation à domicile reste imbattable.

Faire l'école-maison c'est aussi pouvoir gérer son temps et surtout ne pas perdre son temps; c'est apprendre partout, en tout temps, en tous lieux. Cela ouvre aussi la porte à une autonomie progressive et plus confiante parce que bien accompagnée au quotidien.

Apprendre hors les murs c'est littéralement découvrir le monde, nourrir sa curiosité, chercher ses réponses et le faire pour soi  et non pas pour une évaluation quelconque; c'est construire son savoir à son  propre rythme. Pour nous, cela a été aussi la recherche de l'excellence, la découverte de la satisfaction du travail bien fait et le développement  d'une bonne éthique de travail.

Ce que cela nous a apporté est incommensurable: le temps passé en famille, les interactions quotidiennes avec les frères et sœurs; les voyages; la liberté d'aller vivre à l'étranger pendant quatre ans, la participation active à la construction de notre maison, la joie de vivre de mes enfants et les liens d'amitié qu'ils ont développés entre eux,  etc. L'école maison cela permet de tisser des liens familiaux très serrés.

Nous avons également fait le choix de l'apprentissage d'un instrument de musique pour chacun de nos enfants et cela s'est révélé une des meilleures décisions pour notre famille.  Les cinq enfants sont allés au conservatoire et deux y étudient encore. La culture musicale et artistique qu'ils y ont acquise  est extraordinaire. L'apprentissage d'un instrument  a apporté  beaucoup de discipline, de sens de l'effort,  de travail d'équipe et un sentiment d'accomplissement. La musique, cela rend la vie belle.

Éduquer nos enfants c'est aussi les ouvrir au monde et leur en faire apprécier toutes les beautés possibles et les accompagner dans les moments plus difficiles afin qu'ils ne soient pas seuls face à l'abus, la violence, la maladie.

Je pourrais dire tant d'autres choses, mais j'aimerais seulement ajouter que l'école à la maison ne se résume pas à une manière de faire, chaque famille est unique et  que l'école à la maison ce n'est pas de la non fréquentation scolaire; nous ne sommes pas des délinquants qu'on doit faire rentrer dans les rangs.

Avant toute chose, l'école à la maison ce sont des familles qui recherchent ce qu'il y a de mieux pour leurs enfants. Certaines sont mieux outillées que d'autres mais l'amour qu'elles portent à leurs enfants leur font rechercher les ressources qu'elles n'ont pas. Il faut leur faire confiance.

L'école à la maison est constituée de plusieurs réseaux et elle se nourrit de solidarité. Elle offre des alternatives positives au système scolaire qui peine à trouver sa  manière de faire dans un monde en constantes transformations.

Quant à nous, cela nous a permis, malgré l'immense investissement en temps et en argent, de nous réapproprier notre vie tant personnelle que familiale.

Devoir nous plier aux trop nombreuses contraintes actuelles des commissions scolaires  couperait les ailes au mouvement d'éducation à la maison et cela mettrait tellement de contraintes aux familles que le fardeau deviendrait trop lourd. Toute la beauté de l'apprentissage autrement risquerait de disparaître.  Plusieurs chemins mènent à Rome. Nous sommes très nombreux à l'avoir démontré. Les familles ne sont pas des employés de l'état et ne devraient pas être soumis aux règles que l'on impose aux professeurs. Assujettir notre droit d'assumer l'éducation de nos enfants à de trop nombreuses règles reviendrait à nous en priver.

Témoignage: L’école-maison une expérience enrichissante

Témoignage: L’école-maison une expérience enrichissante

Dans le cadre d’un projet commun initié par Julie Duquette avec ma collaboration , il a été demandé aux parents éducateurs de se joindre à nous afin de témoigner de leurs expériences de scolarisation à domicile. Le thème proposé traite de ce que la scolarisation à domicile représente pour nous (notre famille, nos enfants), de ce que cela nous apporte et de comment nous la vivons au quotidien. Il est possible de trouver l’article à l’origine du projet sur cette page.

Aujourd'hui, je vous présente le témoignage de Natasha Lamoureux, maman éducatrice expérimentant la scolarisation à domicile au Québec.

L’école-maison une expérience enrichissante

L’école-maison est une expérience très précieuse pour notre famille, qui selon nous, offre beaucoup. Comme entre autre, permettre à nos enfants de progresser par rapport à chacun d’eux, il n’y a pas de comparaison et de compétition pour qui aura la meilleure note. C’est selon nous, un des atouts pour garder l’étincelle bien allumée.  C’est aussi, partager ensemble de bons moments au quotidien, qui font en sorte qu’ils sont très proches l’un de l’autre et de tisser serrés les liens familiaux.

photo1Cette aventure nous permet de donner la chance à nos enfants de vivre leur enfance, de découvrir leurs passions et de vivre leurs apprentissages dans le plaisir et à leur propre rythme. Une simple visite à la bibliothèque dure le temps que nos enfants veulent bien. Ils sont libres de fouiner, de regarder, de toucher, de sentir, lire et relire les livres qui les interpellent. Il n’y a pas de stress. Il n’y a pas de ‘’dépêche-toi pour choisir tes livres’’. Quoi de mieux pour faire aimer la richesse des ouvrages, que de flâner comme bon nous semble dans une bibliothèque pour prédisposer nos apprenants.

Quand nos enfants ont un intérêt pour connaître et approfondir un sujet en particulier, ils peuvent prendre le temps qu’il faut afin de trouver les réponses à leurs questions. C’est d’une grande richesse de pouvoir le faire. L’école-maison nous permet de profiter du ‘’ici, là, maintenant’’, de danser, de sauter, de courir, de chanter, de partir en ski de fond, d’aller faire un fort dans la tempête de neige!

photo2

De plus, nous remarquons que l’école-maison permet à nos enfants d’avoir du temps
pour mieux se connaître, de préserver leur curiosité et leur créativité si naturelle
chez eux. Nous ne suivons pas une approche particulière pour les apprentissages. Disons que nous sommes éclectiques, nous aimons la variété des ressources disponibles et la liberté de pouvoir les adapter au style d’apprenant que sont nos enfants. Nous réalisons de plus en plus que bien au-delà des cahiers, nous aimons beaucoup quand nos enfants s’investissent dans un projet d’un sujet qu’ils aiment, leur fierté en est toujours grandie. Un peu partout dans la maison, nos murs sont décorés de ligne du temps et de leurs œuvres, les enfants ont accès à des livres sur divers sujets et plusieurs périodiques jeunesses.

photos 3

Nous utilisons beaucoup de matériel de manipulation, ça aide à mieux comprendre certaines notions. Les enfants aiment bouger, nous n’hésitons pas à remettre ensemble le duo apprentissage-plaisir en utilisant le ballon sauteur ou encore la corde à danser pour épeler ou compter, les grands tapis carrés en mousse pour créer les tables de multiplications et même pour épeler les mots en bondissant d’une lettre à l’autre.  Quand nous ne trouvons pas chaussure à notre pied, s’il le faut, nous le fabriquons ou nous l’adaptons. Nous avons une bonne collection de jeux de société. Par ailleurs, la vie courante nous offre une multitude d’occasions d’apprendre, comme en cuisinant une recette, en observant une chenille qui fait son cocon sous nos yeux pour ensuite devenir papillon ou en accompagnant un membre de la famille qui fait de la mécanique automobile, de la menuiserie, de l’électronique.

photos 5

De plus, nos enfants apprécient les sorties, ateliers et divers projets organisés avec notre groupe de soutien et leurs amis d’école-maison. Ce sont de belles occasions pour créer des liens avec les autres dans un environnement multi-âge. Entre eux, il est surprenant de voir combien chacun est bienveillant les uns envers les autres, il y a beaucoup de respect entre les enfants et les jugements sont absents. Pour nous, c’est tout cela qui donne du sens et qui rend notre expérience d’école-maison si enrichissante!

 

Être des témoins actifs de leur progression, de leurs découvertes et de leurs réflexions font en sorte que nous réalisons combien nous sommes privilégiés de les accompagner dans cette merveilleuse aventure.

photo 6

Réaction: Loi à venir concernant la scolarisation à domicile

Réaction: Loi à venir concernant la scolarisation à domicile

Ce n'est pas un secret pour ceux que le sujet intéresse. Le gouvernement travaille présentement sur un projet de loi au sujet de la fréquentation scolaire et de la scolarisation à domicile. Beaucoup de gens du milieu de l'école-maison sont inquiets. Ils ont peur de perdre la liberté que la présente loi leur octroie, de devoir rendre davantage de comptes afin de pouvoir vivre une expérience éducative respectant leur philosophie familiale.

Constat

Ce que je constate lorsqu'il est question de scolarisation à domicile est un manque d'information des gens du milieu scolaire par rapport à l'opportunité de "scolariser" soi-même son enfant. Les parents délèguent l'éducation de leur enfant à l'École lors des 6 ans de ce dernier, étant obligé de fréquentation scolaire à partir de cet âge au sens de la Loi sur l'Instruction Publique. En scolarisant leur enfant à domicile, le parent ne fait que s'octroyer son droit d'éduquer son enfant de manière tout à fait légale et légitime.

loi à venir sco a dom

Conceptions, croyances et interprétations à démystifier

Malheureusement, ce ne sont pas tous les acteurs du milieu scolaire qui sont au fait de cet aspect de la loi et certains agissent de manières plus "exigeantes" auprès des parents en qui a trait au vécu éducatif de leur enfant scolarisé à domicile. On remarque que certains responsables des familles faisant la scolarisation à domicile semblent croire que ce choix est un privilège. Selon eux, ce privilège est sujet à leur approbation suite à la présentation d'un plan de scolarisation par les familles, alors qu'il n'en est aucun cas:

En signifiant son intention de scolariser son enfant à domicile, qui se fait normalement par le biais d'une lettre d'intention, le parent s'octroie son droit, point.

De plus, certaines personnes qui travaillent en milieu scolaire ont cette croyance que l'école est LA solution. Être "confronté" à des gens qui désirent laisser évoluer leur enfant hors des murs de l'école peut les amener dans un conflit de croyances et de valeurs qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à faire. Si la personne responsable de la scolarisation à domicile de la commission scolaire ou de l'école de quartier d'une famille ayant choisi l'apprentissage en famille à temps plein est contre cette philosophie de vie/idéologie, il se peut que la relation et la collaboration entre les deux parties soient plus difficile à établir.

Évaluation de l'équivalence d'expérience éducative

Une autre problématique vécue par les gens, selon mon humble observation, est liée au mode d'évaluation de l'expérience éducative vécue par l'enfant. L'évaluation par portfolio est une méthode d'évaluation très souvent utilisée pour démontrer les apprentissages réalisés au cours de l'année en contexte de scolarisation à domicile. Par contre, certains responsables refusent ce type d'évaluation et exigent les évaluations de fin d'année pour les jeunes sous leur responsabilité. Ces évaluations n'étant pas obligatoires au sens de la loi, puisque l'enfant est dispensé de fréquentation scolaire, l'enfant éduqué à la maison n'est donc pas tenu de se faire évaluer de la même manière qu'un élève. Les seules évaluations obligatoires sont celles qui permettent à l'apprenant d'être qualifié par l'obtention d'un DES,  si celui-ci désire l'obtenir. Ce concept est donc à démystifier, puisque l'expérience éducative vécue en milieu familial se doit d'être ÉQUIVALENTE à celle vécue dans le milieu scolaire SANS pour autant être IDENTIQUE à celle-ci. À noter qu'une formation destinée aux intervenants des commissions scolaires en charge de la scolarisation à domicile existe et a été offerte ce printemps à Québec et Montréal par deux acteurs importants de la communauté de la scolarisation à domicile.

Ouverture au changement et innovation en éducation

De plus en plus, on entend parler d'éducation hors de la boîte, de pédagogies de toutes sortes, de pédagogies alternatives, d'innovation en éducation, de compétences du 21e siècle dans le monde de l'éducation ainsi que de la parentalité. Ces courants de pensée émergents sont très intéressant à découvrir et à documenter. Plus que jamais, il y a une certaine mobilisation en ce qui a trait l'éducation. Un grand nombre de personnes reconnaissent qu'il y a un changement imminent et essentiel à venir, mais malheureusement peu d'entre eux tentent d'y trouver des solutions. Une partie de ces "délinquants" sont les parents éducateurs. Pour des raisons plus variées les unes que les autres, certains parents choisissent un mode de vie différent de la majorité, voire de la norme.

Ces gens osent: se questionner sur leurs valeurs et leurs aspirations pour leur famille, prendre le contrôle sur leur vie en choisissant de "scolariser" eux-mêmes leurs enfants, en vivant la vie ensemble en tant que famille. Ils osent faire un retour vers l'essentiel selon moi: vivre l'apprentissage au quotidien auprès des siens, comme on le faisait il n'y a pas très longtemps. Cela leur permet de connaître leur enfant comme nul autre, de veiller à ce que ses besoins soient comblés, de suivre ses rythmes naturels d'apprentissage et de tout mettre en oeuvre pour que les rêves auxquels il aspire puissent un jour se réaliser, et ce, peu importe les défis qu'il puisse croiser sur sa route.

Pour découvrir ce qu'est réellement la scolarisation à domicile

Je vous invite à ouvrir votre coeur et mettre de côté certaines de vos croyances pour consulter les différents témoignages rédigés, dont le mien, dans le cadre du projet #NotreScolarisationADomicile qui consigne ce que représente, implique et signifie l'école à la maison pour ces parents et enfants qui vivent ce mode de vie.

Apprendre une lague seconde dans un milieu unilingue, c’est réalisable!

Apprendre une lague seconde dans un milieu unilingue, c’est réalisable!

Vous désirez apprendre ou permettre à votre enfant d'apprendre une langue seconde? Vous n'avez pas l'occasion d'être en contact avec des gens qui parlent la langue souhaitée? Sachez qu'il est tout de même possible de découvrir une langue autre que la sienne sans être dans un endroit où on parle cette langue.

Je vous présente cet article non pas comme spécialiste, mais bien en tant que maman dont les enfants ont très bien compris l'anglais vers 4 ans et ont débuté à dire des mots ou répéter des phrases dans cette langue peut-être 6 mois plus tard d'eux-même sans que je ne les encourage à le faire. Nous avons, mon conjoint et moi, voulu miser d'abord sur l'apprentissage du français et de ses particularités tout en les émergeant dans un monde où il y a différents accents et langues pour familiariser leur oreille aux différents sons pouvant être parlés.

Comment nous les avons amenés à apprendre librement par eux-mêmes?

apprendre langue seconde

La solution: le vidéo

Le visionnement de documents vidéo permet à l'apprenant de se mettre en contexte d'immersion. En écoutant le vidéo dans une langue seconde, tierce, etc., il lui sera possible de comprendre le contexte à l'aide des signes non-verbaux. Ainsi, au fur et à mesure de ses écoutes, il sera possible d'associer une définition aux mots entendus dans différents contextes et de la valider au fil de son expérience.

La venue d'Internet dans nos vies a permis de faciliter l'accès à l'information. Il est maintenant possible d'écouter des vidéos dans un grand éventail de langues. Que ce soit sur YouTube, Vimeo, Netflix, pour ne nommer que ceux-ci, il n'est pas rare de pouvoir bénéficier de traduction audio et/ou écrite lors du visionnement de vidéos de toutes sortes: documentaire, film, épisode de série télévision, court métrage...

manette

Mon petit préféré en milieu familial: Netflix KIDS

Parce qu'il permet aux enfants de naviguer en toute "sécurité", Netflix est pour moi un incontournable. Les épisodes, films et documentaires présentés dans leur section KIDS sont préalablement choisis afin de s'assurer qu'ils respectent certains critères d'écoute. Il est certain qu'une supervision parentale est nécessaire afin de s'assurer que le choix de l'enfant est approprié selon son âge et vos valeurs familiales (il y a tout de même des émissions qui s'adressent aux plus vieux qui sont dans la section Kids), mais il n'en reste pas moins qu'une sélection de base a déjà été effecutée.

Devrais-je parler à mon enfant dans une langue seconde?

Personnellement, je ne le fais que lorsque nos enfants initient la discussion en anglais, et parfois je réponds en français! Pourquoi? Parce que je veux m'assurer qu'ils développent leur propre accent basé sur leur écoute de gens ayant l'anglais comme langue maternelle. Je corrige la formulation de leur phrase, les aide pour les mots qu'ils ne connaissent pas ou encore les invite à n'utiliser qu'une langue lorsqu'ils s'expriment afin de les amener à parfaite leurs connaissances et les préparer à utiliser cette langue en compagnie de gens qui me parlent que cette langue.

Pour les parents ayant des langues maternelles différentes, il m'a été conseillé par une orthophoniste jadis que chaque parent parle la même langue à son enfant afin qu'il puisse associer une langue à son parent et se bâtir ses schèmes mentaux plus facilement. De plus, je considère que c'est un leg extrêmement riche que de parler dans sa langue maternelle à son enfant pour le familiariser avec sa culture et, du coup, l'aider à se construire sa propre identité.

Pour aller plus loin

Il existe une grande variété de TED talks au sujet de l'apprentissage d'une deuxième langue. L'important pour nous a été de suivre les prédispositions naturelles de nos enfants. Nous nous sommes assurés qu'ils aient une base solide dans notre langue maternelle avant d'en introduire une seconde en ce qui concerne l'expression à oral et ensuite travailler l'écrit. En tant que parent ou éducateur, vous êtes bien placé pour voir à quel niveau l'enfant est et de remarquer l'étape vers laquelle il se dirige. Souvent l'intuition est un très bon allié pour nous aider!

%d bloggers like this: