Geneviève fait partie de ces profs engagés qui m’a beaucoup inspirée lors de mon arrivée parmi les passionnés d’éducation sur la Twittosphère. Elle présente ici les différentes façons qu’elle a de partager son amour de l’apprentissage et de l’éducation.

Cette semaine, j’ai la chance de vous présenter une amoureuse de l’apprentissage tout comme moi! Geneviève fait partie de ces profs engagés qui m’a beaucoup inspirée lors de mon arrivée parmi les passionnés d’éducation sur la Twittosphère. Plus discrète que d’autres, Geneviève a tout de même oser s’afficher, partager, créer… Cocréatrice du projet #MathPourVrai avec Julie Chamberland, elle fait partie de ces enseignants entrepreneurs qui offrent de superbes ressources par le biais de Savoir Pour Vrai.

Je vous laisse aux soins de Geneviève qui vous partage son histoire et sa vision.

Qui êtes-vous? Quel est votre parcours? Quelles sont vos occupations du moment?

C’est pas compliqué, je suis une passionnée de l’éducation et de l’apprentissage! Et bien sûr, j’ai toutes sortes d’intérêts en parallèle comme la course à pied, la lecture, le plein air, la cuisine, la musique, etc. Mais professionnellement, ça a toujours tourné autour de l’éducation. À 8 ans, en troisième année, je me souviens très clairement d’avoir décidé que je serais enseignante. Ça faisait changement de “dessinatrice-parce-que-je-veux-m’améliorer-en-dessin”, un choix que j’avais consigné dans mon album Souvenirs d’école quand j’étais toute petite (Je vous l’ai même photographié pour que vous puissiez constater de vos propres yeux!).

Donc comme je disais, à partir de l’âge de 8 ans, je n’ai jamais changé d’idée et j’ai toujours voulu devenir enseignante au primaire. La conseillère en orientation au secondaire, qui m’avait mise en garde contre la routine qui me guettait si je choisissais l’enseignement (Ah oui, c’est routinier être enseignant, vraiment?!) m’avait plutôt conseillé de devenir “productrice” (Parce que tout le monde sait qu’on peut terminer ses études à 23 ans et être automatiquement la prochaine Fabienne Larouche!). À sa défense, elle m’avait aussi conseillé le métier de recherchiste. Pour l’instant, j’imagine que vous ne voyez pas du tout le lien, mais gardez cette information en mémoire, j’y reviendrai plus tard…

C’est donc après un baccalauréat en éducation au préscolaire et en enseignement primaire effectué de manière condensée, grâce à des sessions d’été et à ma hâte de terminer mes études “une fois pour toutes” (Ha-ha-ha, ça peut se finir pour vrai, ça?), que j’ai débuté ma carrière d’enseignante alors que je n’avais pas encore 23 ans. Après une progression de carrière suivant son cours régulier pendant quelques années, j’ai ensuite découvert le pouvoir du réseautage en enseignement grâce à certaines collègues particulièrement inspirantes (et dont vous pourrez lire le “Portrait de héro” également!), aux médias sociaux et à ma participation à des colloques. À partir de ce moment, tout s’est accéléré : j’ai ouvert mes horizons, j’ai découvert un intérêt pour les bonnes pratiques identifiées par la recherche et expérimentées ailleurs, je me suis questionnée, je me suis laissée inspirer, tout cela pour me rapprocher de plus en plus du style d’enseignement qui collait à ma peau.

S’en est suivie une démarche pour enseigner dans une nouvelle école où la pédagogie était présentée de manière différente : exit les cahiers d’exercices, bonjour la littérature jeunesse, le matériel de manipulation et l’utilisation du numérique à des fins pédagogiques! C’est avec une collègue hautement stimulante et ouverte que je me suis lancée dans cette aventure déstabilisante, mais qui m’a grandement fait évoluer. J’ai tellement vu les gains de cette approche pédagogique chez les élèves, que je ne pouvais concevoir que certains enseignants n’enseignent pas de cette manière. C’est dans cette foulée que j’ai décidé de démarrer mon entreprise de ressources pédagogiques afin de rendre le tout accessible au plus d’enseignants possible. C’est ainsi que Savoir pour vrai est née, une entreprise de capsules vidéo et de ressources pédagogiques signifiantes pour les parents et enseignants d’élèves du primaire.

Après près de 10 ans en enseignement et à peine un an après la création de Savoir pour vrai, que je menais parallèlement à mon travail d’enseignante, je me rendais compte que mon désir de contribuer en éducation se modifiait. Bien que j’aimais encore l’acte d’enseigner, je me sentais mûre pour d’autres défis professionnels. Par un heureux concours de circonstances, j’ai alors pu me joindre au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (d’abord par l’entremise d’un prêt de services, puis en faisant le saut dans la fonction publique) dans une équipe dédiée à suivre les bonnes pratiques identifiées par la recherche et expérimentées ailleurs. Qui aurait cru que la fibre “recherchiste” que la conseillère en orientation avait identifiée chez moi à la fin du secondaire me servirait un jour?

Enfin, pour parfaire mes connaissances de l’appareil gouvernemental et mieux comprendre mon nouveau rôle de fonctionnaire, et puisque l’amour de l’apprentissage est imprimé en moi depuis que je suis toute petite, j’ai décidé d’effectuer un retour aux études à l’hiver 2018. J’ai alors débuté une maîtrise en administration publique à temps partiel, moi qui pensais en avoir fini avec les études depuis 11 ans! L’année 2018 a donc été très remplie, me forçant à délaisser mon entreprise. Cependant, j’ai “repris du service” à la mi-décembre, ma nouvelle routine de vie s’étant stabilisée, et je suis motivée plus que jamais à transmettre ma passion de la littérature jeunesse et des apprentissages signifiants aux adultes côtoyant les élèves du primaire. C’est donc ici que je me retrouve, en ce mois de janvier 2019!

Parlons Éducation. Quelle est votre vision de l’éducation présentement?

Vous avez pu le déceler dans mes propos précédents, rendre les apprentissages signifiants est pour moi la clé d’un enseignement réussi. Qui peut vraiment saisir le sens des nombres et des opérations s’il ne fait qu’appliquer des “trucs” plutôt que de manipuler à l’aide de matériel mathématique? Qui a vraiment le goût d’apprendre à conjuguer des verbes avec des phrases complètement décontextualisées?

Selon moi, la littérature jeunesse est le véhicule parfait pour l’enseignant du primaire (et elle l’est probablement au secondaire aussi, même si je n’ai pu l’expérimenter) puisqu’un album judicieusement choisi pour travailler des notions sera beaucoup plus signifiant pour les élèves. La littérature jeunesse est le pivot permettant de créer des liens entre les différentes compétences de toutes les matières scolaires. Elle ouvre la porte à un univers créatif et contribue à transmettre l’amour de la lecture aux élèves. Même si j’avais entendu maintes fois que les élèves développent davantage un intérêt pour les livres et la lecture s’ils sont entourés d’adultes leur servant de modèles, j’ai été agréablement surprise d’en constater les effets. Non seulement les élèves démontrent une excitation à l’idée de découvrir une nouvelle histoire, mais ils s’attachent à celle-ci, aux personnages, à son auteur et à son illustrateur, même. J’ai pu remarquer leur engouement à parcourir les kiosques du Salon international du livre de Québec, tandis que cette activité laissait plutôt tièdes les élèves de mes premières années d’enseignement (je n’enseignais pas encore à l’aide de la littérature jeunesse à cette époque).

De plus, je crois en l’importance d’un enseignement explicite de compétences propres à l’humain et qui favorisent bien souvent le vivre-ensemble, telles la collaboration, la communication, la créativité, la résolution de problèmes, etc. On tient souvent pour acquis que les élèves développeront ces capacités naturellement : “Soyez créatifs dans la manière de me présenter tel travail!”. Par expérience, j’ai vu la plupart de mes élèves figer devant une telle demande! Je me suis alors fait un devoir de fournir des exemples créatifs repoussant les limites du cadre traditionnel, de démontrer les éléments d’une communication efficace, de souligner les bons coups en termes de travail collaboratif, etc. Rapidement, les élèves se sont sentis à l’aise d’élargir leurs possibilités, de prendre des risques, de se dépasser. Dans un monde où les technologies sont omniprésentes et où l’intelligence artificielle gagne du terrain, il faut développer ce genre de compétences chez les élèves s’ils veulent ensuite se distinguer de la machine. Je m’en voudrais également de passer sous silence l’importance d’une culture générale solide dans ce contexte. C’est par elle que l’élève s’ouvre sur le monde, qu’il développe sa pensée critique et qu’il devient un être complet.

En somme, l’éducation doit prendre en compte les intérêts des élèves et s’attarder à démontrer comment réinvestir leurs apprentissages. L’éducation, c’est aussi de l’amour pur de l’apprentissage et des élèves. Un lien fort et sincère entre l’enseignant et ses élèves sera toujours garant de leur réussite.

L’éducation doit prendre en compte les intérêts des élèves et s’attarder à démontrer comment réinvestir leurs apprentissages. L’éducation, c’est aussi de l’amour pur de l’apprentissage et des élèves.

Geneviève Hamelin

Comment êtes-vous venue à développer cette vision? Racontez-nous le processus par lequel vous êtes passée pour en arriver où vous êtes aujourd’hui.

L’ensemble de mon cheminement professionnel a contribué à développer cette vision. D’abord, des collègues hautement inspirantes et stimulantes ont semé une graine chez moi (Catherine Lapointe, Julie Chamberland, Myriam Nejmi, Carl Parent, Josée Portelance, Valérie Cadieux, Brigitte Léonard). Ma curiosité naturelle et ma soif d’apprendre m’ont portée à m’intéresser à certains chercheurs, comme Thierry Karsenti, et aux pratiques utilisées dans les pays scandinaves, par exemple. Puis, mes fonctions au Ministère m’ont amenée à découvrir la mine d’or d’informations que transmet le Réseau d’information pour la réussite éducative, les bonnes pratiques recensées par l’Education Endowment Foundation, les rapports de l’OCDE, les recherches du National Center on Education and the Economy et j’en passe… Je réalise que des qualités comme l’ouverture d’esprit, la pensée critique et une bonne capacité d’adaptation m’ont été essentielles dans ce cheminement, puisqu’il m’est souvent arrivé de me remettre en question et d’être déstabilisée au fil de mes rencontres et de mes lectures. Tout cela peut donner le vertige au départ, mais j’encourage tout le monde à faire le premier pas vers l’élargissement de ses horizons. Pour ma part, c’est l’une des meilleures décisions que j’aie prise de ma vie!

Par quels moyens ou réalisations tentez-vous d’inspirer les gens à voir l’Éducation autrement?

Évidemment, mon entreprise est un véhicule de choix pour faire rayonner ma vision de l’éducation au plus grand nombre de personnes. Mais je crois aussi que cela s’effectue au quotidien, en semant ma passion pour l’éducation auprès des gens que je croise sur ma route. Je donne une grande place à la théorie des petits pas, au fait que chacun doit avancer à son rythme. Pour paraphraser un grand sage, une tortue, même si ça n’avance pas vite, ça avance toujours. Et très rapidement, ça peut devenir une tortue ninja! C’est pour cette raison que je considère important d’amener les autres à se dépasser, à la mesure de leurs capacités, parce que plus souvent qu’autrement, ce sont eux qui nous feront évoluer par la suite! J’ai d’ailleurs un projet en tête pour tenter de toucher le plus de gens possible avec cette passion, mais je vais garder un peu de mystère autour de celui-ci pour l’instant… Restez à l’affût!

Si vous êtes curieux de visiter le site Web de mon entreprise, je vous invite à le consulter au savoirpourvrai.com.

Et puisque je souhaite saluer le travail inspirant de Julie ainsi que les gens qui la suivent, je vous offre pour quelques jours seulement 15 % de rabais sur tous les produits de ma boutique en ligne avec le code promo APPRENDREEDU!

L’offre est valide jusqu’au 22 janvier 2019.

C’est payant, lire un article jusqu’à la fin, hein? 😉

 

À propos de l'auteur

Julie R-Bordeleau

Apprenante à vie, je suis une ex-enseignante, maman à la maison de 4 garçons et pigiste en éducation. Ma passion: apprendre de tout, de toutes les façons que ce soit individuellement ou en famille!

Via Apprendre, j'aide les enseignants et les éducateurs à découvrir les milles et une façons et ressources qui favorisent les apprentissages.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :